Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • l'amateur
  • tapez, non, écrivez sur Google nom et préno, vous apprendrez autre chose, pour le  reste ça viendra ici, mais pas tout quand même.
  • tapez, non, écrivez sur Google nom et préno, vous apprendrez autre chose, pour le reste ça viendra ici, mais pas tout quand même.

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages

Catégories

Liens

7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 21:06
                       
                                               Curriculum 23



                 D’ici on voit le fleuve.
                        On voit la ville,
                            et le mélange des arbres qui balancent.
                 On voit le fleuve large
                                            qui s’en va.
                 On voit très loin, la ville,
                 et le fleuve et les arbres, sur les rives.
                 Mais que dire du fleuve ?
                 Du fleuve qui coule et m’emporte
                 hors des murs de la ville.
                 Que dire de ces arbres qui m’enroulent,
                 de ces pierres qui me retiennent,
                 de ces ponts, ces berges, ces quais,
                 ces rues, cette vie, cette mort au loin.
                 Au loin comme ce fleuve que je vois
                 d’ici, de la ville.
                 Comme ce fleuve qui prend sa source
                 en moi.

                  D’ici on voit le fleuve qui s’en va,
                          plus calme que calme,
                                  plus docile que docile.
                  On voit le fleuve qui emporte tout,
                  jusqu’à ce jour qui se perd.
                  On voit le fleuve, comme si on
                  voyait en soi, comme si aucun
                  bateau ne remontait le courant.
                  On voit le fleuve qui se perd.
                  Le descendrai-je un jour ?
                  Un jour irai-je jusqu’où il va ?


                                                     Kakashiwe, 12 .07.1972
 
Repost 0
Published by l'amateur - dans POÈMES
commenter cet article
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 17:06
                                                                                                hobewe

                        Plus loin 6



Qu’est-ce qu’il y a de beau, et l’eau, et l’arbre, et l’ombre,
et la terre au bord de l’eau, et l’arbre dans ses racines,
et la lumière dans l’ombre.
Le ciel que j’attrape avec mes mains,
et le poisson dans l’eau, et la fleur rouge qui s’ouvre,
suivez mon regard, suivez mes pas.
Milles pépites d’or sommeillent
sous l’aile des oiseaux.
         Est-ce le vent ?
         ou celui qui plonge et se laisse aller ailes ouvertes ?
Je ne connais rien que cela, où, je m’en vais par là, plus loin.
Il appartient à sa famille,
celle des eaux,
comme l’arbre, ou l’homme, ou l’insecte,
et je suis ici m’en allant en leur compagnie.
Là, c’est le feu, l’autre raconte, il pleut dehors,
et l’on écoute.
C’est étonnant ce qu’il raconte.
Je suis le fils d’un tel et celui-ci disait,
et il raconte, et il raconte.
La légende de la légende, et l’arbre de l’arbre,
fils de l’arbre.
Hum hum ! Hum hum ! Quelle chanson !
Il y avait, c’était avant, tout au début,
et chacun en pris soin,
et son père me le donna, et le voici.
L’enfant s’endort.
Puis rien, le vent dans les branches et les feuilles.
Je te donne une parcelle de moi, tu seras moi,
tu seras toi m’appartenant un peu,
puis, puis, puis arrive l’ombre, revient le jour,
trois flèches et l’arc.
Je vais, prends ta hotte, il faut
il faut que nos enfants mangent comme les enfants des poissons.
Que je sois beau pour tuer l’oiseau si beau.
Et puis, et puis, et puis.
Je lui apprendrai à marcher ici,
et je rirai et il rira et un jour deviendra un homme,
va, c’est le jour, c’est notre tour, les esprit s’en sont allés.
Va chercher les fruits,
mes flèches sont bonnes.

                       Herita Ke u  1971

 


Repost 0
Published by l'amateur - dans POÈMES
commenter cet article
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 09:00
Repost 0
Published by l'amateur
commenter cet article
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 15:33
              
     
                          
                                           Curriculum 4

                      Aux dormeurs de soleil,
                      aux veilleurs de lune.
                      À tous ceux que la mesure du temps incommode,
                      j’ai pris celui d’écrire dans un reste de jour,
                      d’écrire la couleur, l’ombre, la lumière.
                      Ce n’est pas au premier soleil qu’il faut s’arrêter;
                      mais à la structure des villes.
                      Quel jour se lèvera  qui aura
                      la dimension d’un jour ?
                      Les animaux à la gorge tranchée marchent
                      vers les étoiles.
                      Le veilleur de lune dit
                      que le temps n’est rien.
                      Le dormeur parle tout haut.
                      les autres ne s’inquiètent plus de la mémoire de l’œil.
                      Il faut écarter les paupières
                      et voir le sang vivre
                      avec le soleil au bord des larmes.
                      Je suis parti d’un coquillage ;
                      eux ils ont fait la lune.
                      La désintégration des atomes n’exclut pas le bonheur.
                      L’enfant compte sur ses doigts,
                      deux et un, trois.
                 
                                  Le bonheur;
                                  c’est la couleur de la craie,
                                  c’est l’encre sur les doigts.

                                                       1965


 

Repost 0
Published by l'amateur - dans POÈMES
commenter cet article
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 10:23
                                  
                                                     Tout près 1



                                                   Cachous de Cracovie,
                                                                    ou zan de Zanzibar.
                                                   Mon père vendait aussi
                                                                    des rubans de guimauve.
                                                    Il allait à cheval
                                                                    à la pêche aux étoiles,
                                                    marchait dans le désert,
                                                    en tenant son chapeau.

                                                   On l’appelait Mister,
                                                    ou bien Monsieur,
                                                                        tout court.

                                                   Tout près, il était grand,
                                                                      loin, il était petit.

                                                   Je l’avais dans ma poche
                                                   ou j’étais dans la sienne.
                                                   Nous faisions l’inventaire
                                                   de la vie sur la terre.

                                                    Ruban de Tasmanie,
                                                    boîtes de nénuphar.

                                                    Mon père m’a donné
                                                    ce miroir à deux faces.

                                                                                  1966

Repost 0
Published by l'amateur - dans POÈMES
commenter cet article
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 11:36

POÈME DE GIVRE
 

                  
                         Connais-tu le mot pour endormir l’enfant ?
                         Écoute !
                         J’habite dans une ville,
                         où chaque pas est un pas qui brûle.
                         Dans une maison pâle avec un grand chapeau
                                                                                        de ciel gris.
                         C’est une maison immense.
                         Avec un cœur immense.
                         À t’entendre parler, aujourd’hui
                         je crois n’avoir rien fait dans cet incendie.
                         Quelqu’un m’a parlé de la haine,
                         ignorant ce mot pour l’enfant.
                         J’ai appris les paysages de la musique,
                         et le vent sur le toit fait tourner la rose.
                         Je ne parle pas,
                         je dis simplement des contours de mon cœur.
                         Et ce n’est rien qu’une ligne d’amour
                                                            blessée par tes yeux.
                        Te rappelles-tu cette rue
                         où nous marchions côte à côte ?
                         Une cloche sonnait.
                         Une autre aussi.

                         Dans ce silence moderne j’épelais ton prénom.
                         Le monde n’est plus à l’échelle de nos cœurs,
                         et que dire de nos cœurs ?
                         Les arbres m’ont parlé de toi
                                                ce printemps dernier.
                         Ils avaient des oiseaux dans leurs yeux.
                         Maintenant
                        le givre fond sur la vitre.

                                                          1964

Repost 0
Published by l'amateur - dans POÈMES
commenter cet article
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 16:57



                                     Jazz 15


                             Les ombres des villes
                             ne fleurissent pas sur les fleuves,
                             L’Hudson et l’East River.
                             C’est un jour étranglé qui meurt,
                             L’ Ohio balance.
                             Mais vivre au bout de tout,
                             et sentir l’eucalyptus,
                             l’Hudson et l’East River.
                            J’ai vu les yeux des poissons volants.
                             Les crabes mangeurs d’hommes.
                             l’Hudson et l’East River.
                             La gangrène sur les visages,
                             et l’enterrement d’un enfant de trois ans que l’on
                             promène à travers la ville lié sur une chaise.
                             L’Hudson et l’East River.
                             De la musique !
                             Il pleut au milieu de l’Atlantique,
                             et le Mississippi,
                             et l’Hudson et l’East River
                             pourrissent le soleil aux pieds des séquoias,
                             saignant comme des coupures de rasoirs,
                              avec un demi-printemps dans le ventre.
                              Et moi,
                              je vais par là.
                             Je suis amoureux de mes yeux,
                              et de l’Hudson et de l’East River,
                              transporteur de mélancolie.
                              Et le Mississippi dévoreur de plaines,
                              devient toujours plus grand.

                                                                 
  1965

 
Repost 0
Published by Alex Lhermillier - dans POÈMES
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 09:15

                                    Curriculum  2



                            Écoutez !


                            Je crois qu’il se passe quelque chose.
                            Les fleuves coulent en silence,
                            Les visages sont de plus en plus inquiétants.
                            Personne ne sort des maisons.
                            Personne ne couche avec la vie.
                           J’ai déjà fermé un œil,
                            mais jamais je ne fermerai l’autre.
                            Ne dormez plus dans vos rêves.
                            Il ne faut plus que le soleil se lève
                            dans les ruelles noires.
                            Tout le monde naîtra ce matin.
                            D’accord avec vous,
                            avec le passé, le présent, l’avenir.
                            C’est la chute des mots,
                            l’empire des sonneries,
                            et
les souvenirs de l'enfance

                            dans le placard

                            fermé à clef.......
                           

                                 
                                     1965

Repost 0
Published by Alex Lhermillier - dans POÈMES
commenter cet article
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 20:45

                             
                                        Curriculum 1



                                  Qui êtes-vous veilleurs du pont au change,
                                  Cocteau, Desnos, Reverdy.
                                  La cloche de minuit.
                                  Et toi Monsieur Cendrars.
                                  Et vous Max Jacob, Michaux, Apollinaire.
                                  La vie est dangereuse ;
                                  j’ai lu je ne sais combien de poèmes,
                                 de vous à moi,
                                 que faut il écrire aujourd’hui ?
                                 Mais je vous ai vus à la télévision.

                                 Oh vous tous, écoutez !
                                 J’ai dû voir votre tête quelque part, entre les pages
                                 d’un livre de poésie.
                                 J’ai dû vous imaginer, marcher, parler,
                                 mais aujourd’hui le génie électrique m’a fait
                                 vous voir vivre.
                                 Toi Blaise tu buvais dans un café de Montparnasse,
                                 j’ai entendu ta voix,
                                 tu parlais de Modigliani.
                                 Toi de Cocteau  de Radiguet.
                                 Toi et Toi et Toi de Maïakovski et de l’amour d’Elsa.
                                Je me demande ce qu’il faudrait que j’écrive
                                 pour être poète ce soir,
                                 et vous m’y poussez toujours.
                                 Blaise,
                                 je suis un très mauvais poète.
                                 Comme toi, je ne sais pas aller jusqu’au bout.
                                 Ne m’en veux pas, je ne t’en veux pas.
                                 Tu avais acheté ton billet de train pour le premier
                                 voyage  sous la Manche,
                                 aujourd’hui toutes les actions sont vendues,
                                 on creuse.
                                 Quinze hommes se sont promenés à trois cents
                                 kilomètres de la terre.
                                 Ils ont, mangé, bu, dormi,
                                 ils nous ont parlé.
                                 Le Transsibérien part toujours de Saint-Pétersbourg
                                 pour Karbine,
                                 mais il met moins de temps.
                                 Maïakovski s’est suicidé
                                 Cocteau est mort il y a quelques années.
                                 et Michaux se cloître dans l’opium doux, chaste et violent.
                                 Ils sont là, eux aussi.
                                 Desnos à sa fenêtre.
                                 Un soir en rentrant d’Amérique tu les as connus
                                 à Monparnasse.
                                 De quoi parliez-vous ? De poésie de vie ;
                                 puis tu rentrais chez toi, hôtel Notre-Dame
                                                                                          avec Raymone.
                                 Tu entends ?
                                 C’est un boeing qui troue la nuit,

                                                                           nouvelle étoile,
                                 nouveau transporteur de mélancolie,
                                 et Paris fait ses petits buildings.
                                 C’est la poésie d’aujourd’hui
                                 la microcosmie
                                 l’astronomie.
                                 Je connais l’atmosphère sur Mars
                                 la superficie de Vénus,
                                 et j’ai vu les plans de la première maison sur la Lune.
                                 C’est la poésie d’aujourd’hui.
                                 Il reste des hommes primitifs.
                                 On ouvre des cœurs pour faire vivre.
                                 On calcule les probabilités.
                                 C’est la poésie d’aujourd’hui.

                                  Hommes.
                                             Hommes des temps toujours nouveaux,
                                   je fais partie de vous,
                                   j’ai des pulsations, des joies, des douleurs.

                                   Écoutez !
                                   vous tous qui habitez dans les grands ensembles
                                   et regardez le petit écran tous les soirs.
                                   La vie est dangereuse.


                                                                                  1966

Repost 0
Published by Alex Lhermillier - dans POÈMES
commenter cet article
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 18:22

                            
                                    
 Curriculum  7

            EXTRAITS D’UN POÈME
            QUI N’A JAMAIS ÉTÉ ÉCRIT


     
            Villes, pays, continents.
                       Je n’ai pas les dents blanches des grandes affiches
                                                                                       publicitaires.
                       J’apprenais à dessiner entre les lignes,
                                                                     des lettres.
                       Je m’appliquais, comme une grande personne.
                       Maintenant;
                       j’écris ce que l’on appelle de la poésie.
                        Maintenant, j’ai un mal de ciel terrible,
                       et cette vie au bout des doigts.
                       Je n’ai vu
                       ni les Amériques, ni les Indes, ni l’Asie,
                       mais des hommes, avec des bras,
                       des femmes ventres,
                                    des enfants dedans.


                       Je n’ai jamais vu Dieu ;
                       je me dis,

                                    voilà cette Terre que j’habite, cette vie.
                        Voilà ces bras que j’ai,
                        je ne réclame que le droit de vivre.
                        Je prends la responsabilité de ne rien faire d’autre.
                        À l’heure où les Prisunic ouvrent leurs portes,
                        j’ai un horizon plein d’Espagne, de France,
                        d’Afrique du Sud et du Nord, d’Atlantique, Pacifique.
                                                                              Apercevoir  New York,
                                                                                              respirer Londres.
                        Une femme monte un escalier ;
                        je suis debout  les coudes sur le bastingage,
                                                                          une balle rebondit, bandit !
                        C’est une cathédrale rose qui lève les yeux au ciel.
..................................................

                         Paris.
                                Le soleil est au-dessus de toi.
                        Toutes les cloches vont sonner ;
                         quelle heure est-il à Caracas ?
                         Il est notre heure,
                         l’heure de tout le monde, de notre temps, de notre vie.
                         Et les cœurs aspirent et refoulent le sang du monde.
...............................................
                       

                          C’est moi, derrière ma machine.
                          C’est mon portrait.
                          Vivre,
                                   ça va,
                          je balance bien.
                          L’équilibre des mots, c’est fantastique.
                          Quelle route moderne;
                          c’est la Nationale 10 qui passe par Caracas, qui passe
                                                                                                        partout.
                           C’est le pont du monde.
                           Notre-Dame de Paris,
                           Kilomètre zéro.
                           Notre-Dame de la Cité que la Seine a mise dans le nœud
                           de son mouchoir, pour se souvenir.
                           Se  souvenir des hommes
                           à l’heure des dernières migrations.
                          .........................................

                           Paffff
                           le tampon du monde.
                           Paris des rêves et des réalités,
                           Paris escale du monde,
                           où les oiseaux ont tous les droits.
                          Ses oiseaux qui ont un si petit cœur et de si
                                                                                    grandes ailes.
                           ...........................................

                            Je suis un  homme à la verticale du soleil.
                            Un homme cloué,
                            avec des yeux,

                                                  des mains,
                            qui pense à toi.
                            Je parle de cela dans un poème.
                            Je parle de la couleur vivante
                            qui est un véritable et merveilleux gâchis ;
                            c’est la terre blé or, la terre bleu ciel, la terre mer,
                            la terre Greco, Cézanne, Van Gogh.
                            la terre Cruxent.
                            ...............................................

                           Espaces.
                           Moteurs, explosions, joies, lumières
                           .........................................................

                           Je pose ma main sur ton épaule.
                           Je te parle des hommes.
                           Je ne veux pas te parler de moi.
                           ......................................................

                           La ligne d’horizon est la ligne idéale ;
                           le sexe est trop petit.
                           Il faut partir,
                           lacer ses souliers,
                           tout laisser sur place.
                           Je n’ai pas envie d’écrire;
                           Je n’écrirai pas, je n’écrirai rien.
                           La ligne d’horizon est la ligne idéale.
                           Labrador,
                            nous n’avons rien découvert.
                            Icare, nous n’avons rien inventé.
                            

                            L’univers.
                            La roue.
                            La réaction.
                            Musique, archipel, éventail.
                            Paris a son accordéon,
                            dansent, dansent,
                            le soleil et la lune.
.                            ....................................................

                           Je suis un homme à la verticale de la terre.
                            À la verticale du paysage,
                            à la verticale de mes mots.
                            la  sol  la  si  fa  mi  ré  do.
                            L’Atlantique, c’est l’envers du ciel.
                             ..................................................

                            Aujourd’hui je ne parle que de cela.
                            Aujourd’hui.
                            C’est un grand éclat de rire, bruyant et sonore.
                            ..............................................

                             Le ciel explose en bleu.
                             C’est l’aube,
                             c’est le vagissement d’un nouveau jour.
                             J’ai trente deux mille mots à ma disposition.
                             Je suis un homme neuf.

Le vers : La ligne d’horizon est la ligne idéale
est de Blaise Cendrars.
Curriculum 7
( 1966)

Repost 0
Published by Alex Lhermillier - dans POÈMES
commenter cet article